Your browser does not support SVG. Ça y est, c’est l’heure ! Le réveil est branché, les sandales rangées, et le cartable de sortie. Cela ne fait aucun doute, c’est la rentrée. Reposé, bronzé, motivé, on est prêt à attaquer. Seulement voilà, si on est ravi de retrouver nos collègues pour débriefer, la planète, elle, ne sera pas de la fête. Pourquoi ? Parce que sans le savoir, nos habitudes impactent l'environnement. Découvrez comment envoyer valser en une journée ce train-train quotidien qui pèsent lourd en CO 2 . le font en voiture(et le plus souvent,seul!) choisissentles transportsen commun sont à moto,ou scooter à vélo sontà pieds Chaque jour, ils parcourenten moyenne 30 kilomètres en 50 minutes entre leur domicile et leur lieu de travail.Mais selon le moyen de transport choisi,parcourir 30 kilomètres n’a pasle même impact pour la planète. Selon l’Éco-comparateur de l’ADEME, on dégagera en équivalent CO 2 : 30 kM Autant dire que nous sommes nombreux à entretenir une relation intense avec notre ordinateur professionnel.Relation d’autant plus sérieuse que nous passons en moyenne 200 jours par an en sa compagnie. (Oh joie!) d’eau soit de produitschimiques de combustiblesfossiles Parmi les matériaux qui entrent dans sa composition, certains sont précieux (or, platine) et d’autrestrès rares (tantale, lanthane, néodyme, yttrium). On trouve ainsi plus d’or dans 1 tonne de cartes électroniques que dans 1 tonne de minerai! C’est dire si notre ordinateur est précieux... c’est l’émission en équivalent CO 2 engendrée par la fabrication d’un ordinateur portable, soit presque autant d’émissions qu’un passager sur un vol Paris/San Francisco ! ... et polluant : Ordinateur, imprimante, scanner, appareil connecté en tout genre présentent en plus un gros défaut: leur courte durée de vie.Pour tout savoir sur l’obsolescence programmée: On serait tenté de croire qu’en mettant notre cher et tendre ordi en veille il serait moins goulu. Seulement, en veille, un ordinateur utilise 20 % à 40 %de l’équivalent de sa consommation en marche.Éteignons-le donc, vous direz-vous. Mais là aussi, attention au piège!Un ordinateur éteint, mais qui reste branché, continue de consommer de l’énergie. c’est la part des équipements informatiques dans la consommation d’électricité d’une entreprise de bureau. Notre boîte mail s’affole et nous rappelle à l’ordre. Alors, avant de replonger (dans les vagues d’emails, pas de l’océan…), si on s’interrogeait sur le poids de notre activité numérique? d’équivalent CO 2 C’est comme se rendre de Parisà Tallinn en Estonie, en voiture (et, souvenez vous, près de la moitié de l’énergie nécessaire à la fabrication d’un ordinateur) d’électricité, Mais aussi soit l’équivalent de ampoules basse consommation allumées 8h par jourpendant 220 jours! d’eau (en empreinte eau) et soit packs de 6 bouteilles Notre vie numérique au bureau se décompose en 3 activités principales: nosmails le stockagede nos données nosrecherchesen ligne Dans ce flux infernal, il y en a quelques uns d’importants, mais il y a surtout ceux qu’on envoie à notre collègue assis à 2 pas, à notre client qu’on n’ose pas déranger pendant sa sieste, ou à un prestataire pour bien lui demander une énième confirmation de la validation de l’accord... Et c’est ainsi qu’en France,dans une entreprisede 100 personnes,chaque collaborateurtraite en moyenne emailspar jour! Attention problème de maths Si chacun de ces 33 emails pèse 1 Mo et est destiné à 2 personnes, alors chaque collaborateur émet en 1 an autant de CO 2 que s’il parcourait 1000km avec sa voiture ! Et comme multiplier par 10 le nombre de destinataires multiplie par 4 l’impact de l’email, on pèse rapidement lourd en CO 2 ... Vous avez mal à la tête ? C’est pas grave, on continue... Régulièrement, on s’attelle à passer un grand coup de balai dans les données stockées sur notre disque dur. La plupart du temps, parce qu’ « on ne sait jamais », on n’ose pas les supprimer complètement, et on les transvase de notre ordi au cloud. Clic, ya plus ! Sauf que non, même si son nom trompeur évoque la légèreté d’un nuage, il n’en est rien. Nos données sont stockées dans des data centers, des sortes de gros entrepôts regroupant diverses installations informatiques chargées de stocker et de distribuer en permanence nos données à travers le monde. Et en effet, ça consomme beaucoup d’énergie. 1 data center moyen consomme l’équivalent de la consommation de foyers américains. Meilleure playlist pour un pot de départ « Meilleure playlistpour un pot de départ » soitla distance entreParis et Tuvalu! En prévision, on imprime les quelques dossiers à lire pour gagner du temps. Seulement, voilà,chaque salariédu tertiaire consomme en moyenne On pensait quele numérique allaitmettre fin au règnedu papier, preuvequ’il n’en est rien… Donc avant de cliquersur « Imprimer »,on se rappelle que: et ils ne finissent pasnécessairement dansla bonne poubelle puisquenous recyclons moinsau bureau qu’à la maisonavec seulement 5min contre Ça y est, à table! La matinée est terminée, il est temps d’aller se restaurer.Quelle bonne nouvelle, oui… mais pas pour les poubelles qui redoutent chaque jour ce moment de gavage intense. Qu’est-ce queça représente exactement?En moyenne, un individugaspille à chaque repas,lorsqu’il déjeune à sonrestaurant d’entreprise, Du gâchis qui a de quoi couper l’appétit n’est-ce pas? Envie d’en savoir plussur le gaspillage alimentaire? Ce n’est pas rien! Alors, entre fabrication et utilisation,autant savoir ce qu’il nous en coûte. Enfin, surtout à la planète… de matières un ordinateur une rentréepour tout changer En cette rentrée,22,83millions de salariésreprennent le chemin du travail en France. 74 % 11 % 7 % 4 % 3 % 7 ,62  kg 3 ,06  kg 1 ,75KG Près de 46 % de la population active française travaille dans un bureau ! 1 FABRICATION 1,5tonne 22KG 240KG = 1,7tonne 651kg 2 UTILISATION 21 % 1 salarié français émet en 1 an,à cause de son utilisation numérique: 360 kg 3 460 kWh 80 5000l 555 1 2 3 1 NOS MAILS En 1 heure,sont échangésà travers le monde d’emails(hors spams) 8 à 10milliards 91 Parmi eux,il en envoie 33 2 EN LIGNE LE STOCKAGE 3000 3 NOS RECHERCHES INTERNET C’est une des recherches Internetque nous faisons en moyennechaque année 949 ce qui correspond, mine de rien, à l’émission de 287 600 tonnes équivalent CO 2 soit l’énergie nécessaire pour parcourirmillion de kilomètresen voiture. 1,5 Cela paraît énorme,mais ce qui l’est encore plus,c’est la distance effectuéepar une donnée numériquedont la fameuse recherchepour le pot de départ de notrecollègue préféré:de câbles parcouruspar requête 15000 km ramettes de papierpar mois! 3 des documentssont jetés seulement 5 minutesaprès avoir étéimprimés 25% des papiersrecyclés 20% chez soi 41% entregrammes de nourriture 150 & 200 C’est plus de 60 % du contenu de notre assiette qui est jeté ! Éco-comparateur> obsolescence programmée> c'est par ici>
Your browser does not support SVG. On travaille dans un espace de coworking, souvent plus proche de son travail!Avec les technologies du digital, ces modes de travail plus flexibles sont désormaispossibles, et ils ont plein d'avantages! On partage son véhiculeavec son collègue ou son voisin.On peut même proposer la miseen place d’un On adopte une conduite soupleet on roule à allure modérée.On évite d’utiliser la climatisationet on entretient son véhiculerégulièrement. On propose à son employeurde faire du télétravailpour ne pas à avoir à subir la galère et l'angoisse que les transports peuvent susciter !En plus, l’entreprise mettant en place cette manière de travailler est très souvent gagnante à biendes égards : les employés sont plus motivés et plus productifs. Il n'y a plus de retards ni de temps perdus dans les transports, et il y a une diminution des frais de bureaux (électricité, eau, etc.) Pas de panique ! Différentes solutions existent: Depuis le 1 er janvier 2016, il est possible pour des salariés qui viennent au travail à vélo de demander une indemnité kilométrique. Ces 200 euros peuvent être exonérésde cotisations sociales et de CSG.Cette proposition incite à la pratique du vélo,et financièrement c'est du «win-win» comme on dit en entreprise ! On privilégie ses pieds, son vélo, sa ligne de bus ou de métropour se rendre à son travailsi la distance du trajetle permet. Quand on sait que les trajets domicile-travail et les déplacements professionnels sont le 1 er poste d’émission de gaz à effet de serre des activités de bureaux avec 12 millions de tonnes par an, Et on s’équipe durablement,grâce aux labels environnementaux qui indiquentles matériels performants et économes en énergie:Et pour notre imprimante,on préfère les appareils multifonctions qui consomment jusqu’à 50 % de moins que les 3 appareils distincts Cela ne veut pas dire que notre matériel est immortel! Lorsque celui-ci rend l’âme, on recycle:En déchèterie,ils sont pris en charge par un éco-organisme qui les dépollue :En montant un partenariat entreprise avecOu en le ramenant chez notre revendeurqui s’engage à le reprendre et à en assurerla revalorisation ou le recyclage au titrede l’écotaxe payée à l’achat. permet d’améliorer de son bilan environnemental ! Pourtant, passer sa durée de vie de à Comme 88 % des Français qui changent de téléphone portable alors que le précédent fonctionne encore, on trouve souvent que notre ordinateur se fait vieux. Réduire notre empreinte liée au numériquepasse donc également par un sérieux tour d’horizon de notre matériel! Donc... de notre actionde navigation et seulement de l’énergie dépenséeprovient de l’appareil aux infrastructures réseaux à nos équipements (ordinateurs, tablettes, etc.) sont dues aux data centers Parmi les émissions de gaz à effet de serregénérées par le numérique, Google Chrome est aujourd’huile plus utilisé en France(37 % des salariés) alors qu’il est le plusgourmand en énergie(27 kWh pour 1000 pages vues),loin devant Firefox. On se crée une liste de favorisafin de réduire le nombre de nos requêtesfaisant appel à un moteur de recherche.(Surtout pour ceux qui consultent Wikipédia 36 fois par jour, autant qu’il soit accessible en 1 clic!) On change notre navigateurpour privilégier les moins énergivores: On nettoie régulièrement sa boîte emailet on ne garde vraiment que l’essentielOn vide le cache de son navigateur,notamment les cookieset l’historique de navigationBref, on trie, on jette, on fait le vide! L’impact de nos emails dépend principalementde leur poids, de leur temps de stockagesur un serveur et du nombre de destinataires.Alors pour le limiter: On cible les destinataireset on limite le nombre d’emails envoyés.Désormais, si la compta nous interrogesur les derniers devis reçus,on saute sur l’occasion pour allerleur répondre autour d’un café. On optimise la taille des pièces jointesen privilégiant l’envoi de fichiers compressés. Comme nous l’avons vu, chacune de nos actions en ligne consomme une quantité non-négligeable d’énergie. On peut la réduire! On paramètre notreimprimante pour fairedu recto verso et de laqualité « brouillon »dès que c’est possible On choisit un papier qui minimiseson impact sur l’environnementen s’aidant des logos.Les logos environnementauxsur les produits: On optimise notre mise en page avec des tailles de margeet d’interligne réduites et on sélectionne les élémentsutiles en supprimant tout le superflu des pages web avec On utilisedes typos peugourmandesen encre Cette fois-ci, on fait les choses bien et avant d’imprimer: que nos habituellesTimes New Romanou Calibri d’encreen moins qui demandeen moyenne On encourage les restaurateursà faire des prix au poids et non à l’unitépour aider à lutter contre le gaspillage. On organise des campagnesd’information au restaurantde l’entreprise pour sensibiliserle personnel et les employés. On demande un doggy bag pour rapporter les restes du repas àla maison. On propose au chefde vendre aux salariés ce qui n’a pas été consommé à midi. Si le restaurant d’entreprise composte les déchets,on sépare les déchets organiquesdes emballages en fin de repaspour faciliter le tri. On ne prend pas plus de pain que nécessaire, car il finit souvent à la poubelle. On ajuste ses portions à sa faimet on demande à la cantine de nousproposer plusieurs tailles d’assiette. On demandeà son entreprisede s’équiperd’un réfrigérateuret d’un micro-ondes pour déguster le bon repaspréparé avec amour la veille.On se gargarise de faired’une pierre deux coups:moins de gaspillage chez soi,et dans son entreprise. C’est parti: fini le gâchis! Nos transports, notre ordinateur, nos usages numériques, nos choix à la cantine…Nos manies au bureau ont donc finalement beaucoup plus de conséquences que ce que l’on pouvait imaginer. Méditons à tout cela dans l’ascenseur avant d’arriver à la cantine, et profitons de l’après-midi pour revoir certaines de nos habitudes ! comme Il se peut que la distancenous oblige à utilisernotre voiture Cela peut atteindre jusqu'à 200 par an et par cycliste. Le salarié est indemnisé depar kilomètre. 25 centimes +50 % 2 ANS 4 ans ON RALLONGE LA DURÉE DE VIE DE NOTRE MATÉRIEL Lorsque l’onvisite unsite web, 80 % 20 % 25 % 28 % 47 % 37 % Pour des recherches web optimisées, Pour stocker sans peser DES EMAILSPLUS LÉGERS 24 %
green print> c'est par ici> ocad3e> emmaüs> réseau envie> plan déplacement
entreprise en interne>
Your browser does not support SVG. une rentréepour tout changer Ça y est, c’est l’heure ! Le réveil est branché, les sandales rangées, et le cartable de sortie. Cela ne fait aucun doute, c’est la rentrée. Reposé, bronzé, motivé, on est prêt à attaquer. Seulement voilà, si on est ravi de retrouver nos collègues pour débriefer, la planète, elle, ne sera pas de la fête. Pourquoi ? Parce que sans le savoir, nos habitudes impactent l'environnement. Découvrez comment envoyer valser en une journée ce train-train quotidien qui pèsent lourd en CO 2 . En cette rentrée,22,83millions de salariésreprennent le chemin du travail en France. 74 % le font en voiture(et le plus souvent, seul!) 11 % choisissentles transports en commun, 7 % sontà pieds, 4 % à moto,ou scooter 3 % sontà vélo. Chaque jour, ils parcourent en moyenne 30 kilomètres en 50 minutes entre leur domicile et leur lieu de travail. Mais selon le moyen de transport choisi, parcourir 30 kilomètres n’a pas le même impact pour la planète. Selon l’Éco-comparateur de l’ADEME, on dégagera en équivalent CO 2 : 7 ,62 kg 3 ,06  kg 1 ,75KG 30 kM Éco-compaRAteur (Oh joie!) Près de 46 % de la population active française travaille dans un bureau ! Autant dire que nous sommes nombreux à entretenir une relation intense avec notre ordinateur professionnel.Relation d’autant plus sérieuse que nous passons en moyenne 200 jours par an en sa compagnie. Ce n’est pas rien! Alors, entre fabrication et utilisation,autant savoir ce qu’il nous en coûte. Enfin, surtout à la planète… 1 FABRICATION 1,7tonne de matières un ordinateur d’eau soit 240KG de combustiblesfossiles 22KG de produitschimiques 1,5tonne Parmi les matériaux qui entrent dans sa composition, certains sont précieux (or, platine) et d’autres très rares (tantale, lanthane, néodyme, yttrium). On trouve ainsi plus d’or dans 1 tonne de cartes électroniques que dans 1 tonne de minerai! C’est dire si notre ordinateur est précieux... c’est l’émission en équivalent CO 2 engendrée par la fabrication d’un ordinateur portable, soit presque autant d’émissions qu’un passager sur un vol Paris/San Francisco ! 651kg ... et polluant : Ordinateur, imprimante, scanner, appareil connecté en tout genre présentent en plus un gros défaut: leur courte durée de vie.Pour tout savoir sur l’obsolescence programmée: OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE 2 UTILISATION c’est la part des équipements informatiques dans la consommation d’électricité d’une entreprise de bureau. 21 % On serait tenté de croire qu’en mettant notre cher et tendre ordi en veille il serait moins goulu. Seulement, en veille, un ordinateur utilise 20 % à 40 % de l’équivalent de sa consommation en marche.Éteignons-le donc, vous direz-vous. Mais là aussi, attention au piège!Un ordinateur éteint, mais qui reste branché, continue de consommer de l’énergie. Notre boîte mail s’affole et nous rappelle à l’ordre. Alors, avant de replonger (dans les vagues d’emails, pas de l’océan…), si on s’interrogeait sur le poids de notre activité numérique? 1 salarié français émet en 1 an, à cause de son utilisation numérique: d’équivalent CO 2 C’est comme se rendre de Paris à Tallinn en Estonie, en voiture (et, souvenez vous, près de la moitié de l’énergie nécessaire à la fabrication d’un ordinateur) 360 kg 3 460 kWh d’électricité, Mais aussi 80 soit l’équivalent de ampoules basse consommation allumées 8 heures par jourpendant 220 jours! 5000l d’eau (en empreinte eau) et 555 soit packs de 6 bouteilles Notre vie numérique au bureau se décompose en 3 activités nosmails le stockagede nos données nosrecherchesen ligne 1 NOS MAILS En 1 heure, sont échangés à travers le monde 8 à 10milliards Dans ce flux infernal, il y en a quelques uns d’importants, mais il y a surtout ceux qu’on envoie à notre collègue assis à 2 pas, à notre client qu’on n’ose pas déranger pendant sa sieste, ou à un prestataire pour bien lui demander une énième confirmation de la validation de l’accord... d’emails (hors spams)
Your browser does not support SVG. On ne prend pas plus de pain que nécessaire, car il finit souvent à la poubelle. Si le restaurant d’entreprise composte les déchets, Pour faciliter le tri, on sépare en fin de repas : Les emballages et les déchets organiques C’est parti: fini le gâchis! On demandeà son entreprisede s’équiper d’un réfrigérateur et d’un micro-ondes pour déguster le bon repas préparé avec amour la veille. On ajuste ses portions à sa faimet on demande à la cantine de nousproposer plusieurs tailles d’assiette. On se gargarise de faire d’une pierre deux coups: moins de gaspillage chez soi, et dans son entreprise. du contenu de notre assiette qui est jeté ! Du gâchis qui a de quoi couper l’appétit n’est-ce pas? Envie d’en savoir plussur le gaspillage alimentaire? Nos transports, notre ordinateur, nos usages numériques, nos choix à la cantine…Nos manies au bureau ont donc finalement beaucoup plus de conséquences que ce que l’on pouvait imaginer. Méditons à tout cela dans l’ascenseur avant d’arriver à la cantine, et profitons e l’après-midi pour revoir certaines de nos habitudes ! C’est par ici C’est plus de 60 % Qu’est-ce queça représente exactement?En moyenne, un individu gaspille à chaque repas, lorsqu’il déjeune à son restaurant d’entreprise, entre150 & 200grammes de nourriture Ça y est, à table! La matinée est terminée, il est temps d’aller se restaurer.Quelle bonne nouvelle, oui… mais pas pour les poubelles qui redoutent chaque jour ce moment de gavage intense. seulement 5 minutesaprès avoir étéimprimés. Et ils ne finissent pasnécessairement dansla bonne poubelle puisque nous recyclons moins au bureau qu’à la maison avec seulement 41 % chez soi contre 20 % des papiers recyclés 5min 25% des documentssont jetés Donc avant de cliquersur « Imprimer »,on se rappelle que: Seulement, voilà,chaque salariédu tertiaire consomme en moyenne 3 ramettes de papierpar mois! On pensait quele numérique allaitmettre fin au règnedu papier, preuvequ’il n’en est rien… 15000 kmde câbles parcouruspar requête Cela paraît énorme,mais ce qui l’est encore plus,c’est la distance effectuéepar une donnée numériquedont la fameuse recherchepour le pot de départ de notre collègue préféré: soitla distance entreParis et Tuvalu! soit l’énergie nécessaire pour parcourir1,5million de kilomètresen voiture. ce qui correspond, mine de rien, à l’émission de 287 600 tonnes équivalent CO 2 C’est une des 949recherches Internet que nous faisons en moyenne chaque année « Meilleure playlistpour un pot de départ » 2 INTERNET NOS RECHERCHES Et en effet, ça consommebeaucoup d’énergie. 1 data center moyen consomme l’équivalent de la consommation de foyers américains. Nos données sont stockées dans des data centers, des sortes de gros entrepôts regroupant diversesinstallations informatiques chargées de stocker et de distribuer en permanence nos données à travers le monde. Régulièrement, on s’attelle à passer un grand coup de balai dans les données stockées sur notre disque dur. La plupart du temps, parce qu’ « on ne sait jamais », on n’ose pas les supprimer complètement, et on les transvase de notre ordi au cloud. Clic, ya plus ! Sauf que non, même si son nom trompeur évoque la légèreté d’un nuage, il n’en est rien. 2 EN LIGNE LE STOCKAGE Parmi eux,il en envoie33 Attention problème de maths Si chacun de ces 33 emails pèse 1 Mo et est destiné à 2 personnes, alors chaque collaborateur émet en 1 an autan de CO 2 que s’il parcourait 1 000 km avec sa voiture ! Et comme multiplier par 10 le nombre de destinataires multiplie par 4 l’impact de l’email, on pèse rapidement lourd en CO 2 ... Vous avez mal à la tête ? C’est pas grave, on continue... Et c’est ainsi qu’en France,dans une entreprise de 100 personnes,chaque collaborateur traite en moyenne emailspar jour! 91
Your browser does not support SVG. On encourage les restaurateursà faire des prix au poids et non à l’unitépour aider à lutter contre le gaspillage. On organise des campagnes d’information au restaurant de l’entreprise pour sensibiliser le personnel et les employés. On demande un doggy bag pour rapporter les restes du repas à la maison. On propose au chef de vendre aux salariés ce qui n’a pas été consommé à midi. Cette fois-ci, on fait les choses bien et avant d’imprimer: On utilise des typos peugourmandes en encre comme On optimise notre mise en page avec des tailles de margeet d’interligne réduites et on sélectionne les élémentsutiles en supprimant tout le superflu des pages web avec que nos habituellesTimes New Romanou Calibri 24 % d’encreen moins qui demandeen moyenne Green Print On paramètre notre imprimante pour fairedu recto verso et de la qualité « brouillon »dès que c’est possible On choisit un papier qui minimise son impact sur l’environnement en s’aidant des logos.Les logos environnementaux sur les produits: C’EST PAR ICI DES EMAILSPLUS LÉGERS Comme nous l’avons vu, chacune de nos actions en ligne consomme une quantité non-négligeable d’énergie. On peut la réduire! L’impact de nos emails dépend principalement de leur poids, de leur temps de stockage sur un serveur et du nombre de destinataires. Alors pour le limiter: On cible les destinataireset on limite le nombre d’emails envoyés :Désormais, si la compta nous interroge sur les derniers devis reçus, on saute sur l’occasion pour aller leur répondre autour d’un café. On optimise la taille des pièces jointesen privilégiant l’envoi de fichiers compressés. Pour stocker sans peser On nettoie régulièrement sa boîte emailet on ne garde vraiment que l’essentielOn vide le cache de son navigateur,notamment les cookieset l’historique de navigationBref, on trie, on jette, on fait le vide! Pour des recherches web optimisées, On se crée une liste de favorisafin de réduire le nombre de nos requêtesfaisant appel à un moteur de recherche.(Surtout pour ceux qui consultent Wikipédia 36 fois par jour, autant qu’il soit accessible en 1 clic!) On change notre navigateurpour privilégier les moins énergivores: Google Chrome est aujourd’hui le plus utilisé en France (37 % des salariés) alors qu’il est le plus gourmand en énergie(27 kWh pour 1000 pages vues),loin devant Firefox. 37 % Parmi les émissions de gaz à effet de serre générées par le numérique, 25 % 28 % 47 % aux infrastructures réseaux à nos équipements (ordinateurs, tablettes, etc.) sont dues aux data centers Lorsque l’onvisite un site web, 80 % de l’énergie dépensée provient de l’appareil de notre actionde navigation et seulement 20 % Réduire notre empreinte liée au numérique passe donc également par un sérieux tour d’horizon de notre matériel! Donc... ON RALLONGE LA DURÉE DE VIE DE NOTRE MATÉRIEL Comme 88 % des Français qui changent de téléphone portable alors que le précédent fonctionne encore, on trouve souvent que notre ordinateur se fait vieux. Pourtant, passer sa durée de vie de 2 ANS 4 ans à permet d’améliorer de son bilan environnemental ! +50 % Cela ne veut pas dire que notre matériel est immortel! Lorsque celui-ci rend l’âme, on recycle:En déchèterie,ils sont pris en charge par un éco-organisme qui les dépollue :En montant un partenariat entreprise avec :Ou en le ramenant chez notre revendeurqui s’engage à le reprendre et à en assurerla revalorisation ou le recyclage au titrede l’écotaxe payée à l’achat. OCAD3E EMMAÜS RESEAU ENVIE Et on s’équipe durablement,grâce aux labels environnementaux qui indiquent les matériels performants et économes en énergie: Et pour notre imprimante,on préfère les appareils multifonctions qui consomment jusqu’à 50 % de moins que les 3 appareils distincts Quand on sait que les trajets domicile-travail et les déplacements professionnels sont le 1 er poste d’émission de gaz à effet de serre des activités de bureaux avec 12 millions de tonnes par an, on privilégie ses pieds, son vélo, sa ligne de busou de métro pour se rendre à son travail si la distance du trajet le permet. Depuis le 1 er janvier 2016, il est possible pour des salariés qui viennent au travail à vélo de demander une indemnité kilométrique. Le salarié est indemnisé de25 centimes / KM Cela peut atteindre jusqu'à 200 par an et par cycliste. Ces 200 euros peuvent être exonérésde cotisations sociales et de CSG.Cette proposition incite à la pratique du vélo,et financièrement c'est du «win-win» comme on dit en entreprise !
Your browser does not support SVG. On travaille dans un espace de coworking,souvent plus proche de son travail !Avec les technologies du digital, ces modes de travail plus flexibles sont désormais possibles, et ils ont plein d'avantages ! On propose à son employeurde faire du télétravail pour ne pas à avoir à subir la galère et l'angoisse que les transports peuvent susciter !En plus, l’entreprise mettant en place cette manière de travailler est très souvent gagnante à bien des égards : les employés sont plus motivés et plus productifs. Il n'y a plus de retards ni de temps perdus dans les transports, et il y a une diminution des frais de bureaux (électricité, eau, etc.). On partage son véhiculeavec son collègue ou son voisin.On peut même proposer la miseen place d’un On adopte une conduite soupleet on roule à allure modérée.On évite d’utiliser la climatisation Plan DéplacementEntreprise en interne Il se peut que la distancenous oblige à utilisernotre voiture Pas de panique ! Différentes solutions existent: